Japan Resort Casino pourrait obtenir 12 milliards de dollars d’investissement

Pendant de nombreuses années, il y a eu un débat sur la question de savoir si les casinos devraient être légalisés au Japon. Traditionnellement, c’est un pays conservateur en ce qui concerne l’expansion des jeux de hasard. Cependant, les casinos ont finalement été légalisés en 2016. Dans les dernières heures de la session législative de 2018 les casinos de villégiature ont également été légalisés. La législation autorise à certaines villes ou régions l’octroi de trois licences de casino de centre de villégiature. Le processus d’appel d’offres pour ces licences est en cours. La ville ou la région ayant obtenu la licence pour le casino aura la responsabilité de choisir un partenaire d’exploitation. De nombreuses sociétés internationales de casinos rivalisent pour obtenir l’une de ces licences parce qu’elles seront très lucratives à long terme. De nouveaux règlements pour ce secteur ont été approuvés le 26 mars dernier. L’objectif est d’ouvrir le premier de ces casinos d’ici 2024.

Exigences en matière de centres de villégiature dans les casinos

Les régions choisies pour ces licences devront remplir certaines conditions afin d’obtenir une licence. Les casinos nécessiteront des milliards de dollars d’investissement et devront être situés dans des régions accessibles aux touristes. Les aménagements créeront un grand nombre d’emplois pendant la construction et après l’ouverture des centres de villégiature. Les casinos de la station de villégiature mettront le Japon sur le devant de la scène – comme Macao – concernant les destination de jeu pour les touristes. Les gens de toute l’Asie qui affluent vers ces endroits pour s’adonner au jeu vont injecter de l’argent dans l’économie locale. Les étages du casino ne peuvent représenter que 3% de la taille totale de la station. Chaque site doit disposer d’un centre d’exposition et de congrès. La publicité pour ces casinos de villégiature sera réduite parce qu’on craint que le jeu compulsif n’explose. Les casinos seront autorisés à faire de la publicité uniquement dans les terminaux internationaux des aéroports et dans les terminaux des navires de croisière.

Appels d’offres concurrentiels

De nombreuses villes et régions se disputent ces licences. Osaka semble être certaine d’obtenir une licence car elle accueillera l’Exposition universelle en 2025, qui attirera un grand nombre de visiteurs dans la région. MGM Resorts International compte sur la ville pour obtenir une licence. L’entreprise a déployé beaucoup d’efforts, en installant un bureau dans la ville et en constituant une équipe de travail dans la région. Un autre grand groupe mondial de casinos dans la course pour l’obtention d’une licence est le Genting Group, qui existe depuis des décennies et qui exploite des casinos dans le monde entier, dont deux casinos à Singapour. Genting a de bonnes chances d’obtenir une licence en raison de ses importantes réserves de trésorerie et de son expérience.

Yokohama rejoint les leaders

La ville de Yokohama est maintenant devenue un autre précurseur en matière de licence. Selon les autorités municipales, certains exploitants de casinos sont prêts à investir jusqu’à 12 milliards de dollars US (9,5 milliards de livres sterling) dans un tel projet. Selon les analystes de Morgan Stanley, le processus d’appel d’offres concurrentiel pour les opérateurs fera augmenter l’investissement total.

Yokohama, la deuxième plus grande ville du pays, a reçu une douzaine de propositions de la part de soumissionnaires potentiels tels que Galaxy Entertainment, le groupe Genting, Caesars Entertainment, Melco Resorts, Wynn Resorts et MGM Resorts. La ville est proche de la capitale Tokyo. Las Vegas Sands est également en compétition pour l’obtention d’un permis dans les environs d’Osaka, mais la société estime que les facilités ofertent à Yokohama sont  trop éloignées de la grande métropole. Un cadre de l’entreprise a dit : “Nous avons besoin d’être dans une grande zone urbaine métropolitaine pour pouvoir construire une activité MICE forte et substantielle.” L’entreprise a une expérience dans le pays, elle sait donc comment y faire des affaires. Le fondateur de Las Vegas Sands, le milliardaire Sheldon Adelson, avait auparavant vendu un salon d’exposition informatique à une banque japonaise pour 800 millions de dollars US (631,7 millions de livres sterling). Ils estiment que cette expérience les place en bonne position dans le processus d’appel d’offres.

Be the first to reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *